Prothèse de l’épaule et arthrose

Prothèse de l’épaule : le traitement de l’arthrose

Avant l’opération :

  • L’arthrose de l’épaule (ou « Omarthrose ») correspond à une destruction progressive du cartilage qui recouvre la tête de l’humérus (sommet de l’os du bras) et la glène (partie de l’omoplate qui s’articule avec l’humérus) et représente la raison principale de la mise en place d’une prothèse totale d’épaule.
  • Les surfaces osseuses entrent alors en contact aboutissant à un « grippage » de l’articulation entraînant douleurs et/ou raideurs.
  • L’arthrose peut être primitive comme à la hanche et au genou, c’est à dire sans cause identifiable retrouvée. C’est la plus fréquente.
  • Elle peut être secondaire à des pathologies locales (rupture massive de la coiffe des rotateurs +++, nécrose de la tête humérale, séquelles de fractures ou d’épisodes de luxation trop nombreux…) ou générales (polyarthrite rhumatoïde…)
  • Pour que le chirurgien décide avec son patient de la mise en place d’une prothèse d’épaule, il faut à la fois une douleur et/ou une gêne fonctionnelle importante prolongée et résistante aux divers traitements médicaux ainsi que des radiographies confirmant l’atteinte évoluée et dégénérative de l’épaule.
  • Avant l’intervention et afin d’évaluer la qualité osseuse, tendineuse et musculaire, le chirurgien demandera une imagerie complète de l’épaule soit par arthroscanner, scanner ou IRM.

Pendant l’opération :

  • Une prothèse totale d’épaule permet de remplacer l’articulation de l’épaule atteinte par une articulation artificielle qui comprend deux parties, une pièce métallique implantée dans l’humérus qui s’articule avec une pièce fixée dans l’omoplate.
  • Deux grands types de prothèse totale d’épaule existent :
    prothese

    • La prothèse totale d’épaule anatomique dont le principe est de redonner une anatomie normale à l’épaule : l’humérus se termine par une boule et la glène est remplacée par une cupule concave, comme c’est le cas dans une articulation « normale ». « La boule est du côté de l’humérus ».
    • La prothèse totale d’épaule inversée a un dessin « inversé » : l’implant sur la glène est une demi-sphère et l’implant dans l’humérus se termine par une cupule concave. « La boule est du côté de l’omoplate ». Il s’agit d’une invention et d’un concept français (Pr Grammont).
  • Pour fonctionner, la prothèse totale d’épaule inversée a besoin d’un moteur principal : le muscle deltoïde (muscle du galbe de l’épaule). Elle peut donc être mise en place en l’absence des tendons de la coiffe des rotateurs indispensables au fonctionnement d’une prothèse totale d’épaule anatomique ou dans les cas de modifications importantes de l’architecture de l’épaule.

Après l’opération :

  • La durée d’hospitalisation est habituellement de 3 à 5 jours.
  • L’épaule est immobilisée après l’intervention par une attelle maintenant le bras contre le thorax et le coude fléchi. La durée d’immobilisation est de 4 semaines.
  • La rééducation est débutée dès le lendemain de l’intervention lors de l’hospitalisation et se poursuit en centre de rééducation fonctionnelle ou à domicile avec l’aide d’un masseur-kinésithérapeute spécialisé. La période de convalescence après prothèse totale d’épaule est de 3 à 6 mois. Le résultat fonctionnel ne peut être évalué avant la fin de ce délai.
  • La conduite automobile est autorisée entre le 2ème et le 3ème mois postopératoires et les activités de jardinage vers le 6ème mois. La reprise des activités sportives devra être discutée au cas par cas avec le chirurgien.

Les progrès récents :

  • Concernant les prothèses d’épaule anatomiques :
    • Sur l’humérus : L’utilisation de plus en plus fréquente de prothèses épargnant le stock osseux de l’humérus : prothèse de resurfaçage, corolle ou tige courte métaphysaires (Photo)
    • Sur la glène : Amélioration de l’ancrage de la pièce en polyéthylène (« plastique très dur ») dans l’os avec de nouveaux systèmes de fixation nécessitant peu de ciment.
  • Concernant les prothèses inversées, le concept même de l’inversion du dessin est un des plus grands progrès de la chirurgie prothétique de l’épaule de ces vingt dernières années.
Centre de Chirurgie Ostéo-Articulaire (CCO) - Polyclinique Saint-Privat - Rue de la Margeride -34760 Boujan-sur-Libron